Territoriaux Snuclias

Paris 

On ne nous transporte pas… on nous roule, suite...

Personnels habitant hors Île De France
En février 2009 le SUPAP-FSU demande à l’Adjointe au Maire chargée des personnels que la Ville de Paris rembourse 50% des frais de transports collectifs des personnels habitant au-delà de la zone 6,.soit au moins 5% des personnels de la Ville de Paris.

La Direction des ressources humaines, en juin 2009, nous répond qu’ « elle suit particulièrement ce dossier et reste en contact régulier avec les services de l’Etat ».

En mars 2010, à notre demande, la Secrétaire Générale de la Ville de Paris adopte l’idée d’un courrier au Maire de Paris reprenant ce point…Courrier dont nous n’avons pas eu transmission.

En juin 2010 le décret gouvernemental applicable à la Fonction Publique exclue la prise en charge des frais de transport hors zone 6, alors que cette prise en charge est prévue dans le privé.

En octobre 2010 le Conseil de Paris délibère sur ces dispositions, en permettant toutefois le cumul entre le remboursement de la moitié du titre transport de la Zone 1 à 6 et le remboursement d’un Pass Navigo zone 1 et 2.

Une note du 10 février 2011 rend cette disposition applicable.

En juillet 2011 le Syndicat des Transports d’Ile de France (STIF) fusionne les zones 6 et 5.

Le passage de 126 euros à 109,90 euros de la tarification maximum des forfaits Navigo, risque de se traduire par une diminution de 83 euros par an des remboursements effectués par la Ville de Paris. Mais le montant des abonnements payés par les agents n’aura pas diminué. Au contraire, les tarifs SNCF pour se rendre à Paris augmentent.

Le 28 juillet le SUPAP- FSU alerte par écrit le Maire de Paris « sur la nécessité de prévoir un dispositif adapté permettant de rembourser au moins à 50% les agents, le plus souvent de catégorie C et qui, du fait du coût du logement à Paris et en proche banlieue, sont obligés de se loger hors Ile de France ». Ce dispositif est rendu encore plus indispensable par l’évolution prévisible de la tarification.

Dans l’attente d’une décision du Maire sur ce point Le SUPAP-FSU lui demande au minimum, de maintenir les conditions actuelles de remboursement. »

Nous attendons donc DEUX réponses !

Il ne serait pas admissible que La Ville de Paris ne trouve pas une solution

Pour préserver le pouvoir d’achat des collègues concernés.

Version imprimable de cet article Version imprimable