Territoriaux Snuclias

Paris 

Réponse du SUPAP-FSU aux voeux du Maire

Par lettre adressée à tous les personnels le Maire de Paris tient à " réaffirmer sa détermination à maintenir globalement l’emploi public parisien " en estimant que " c’est un gage de confiance, pour vous et pour l’ensemble de l’administration ".
Mais les investissements réalisés chaque année ont triplé par rapport aux années 1990. Il n’est pas normal de faire plus avec les mêmes effectifs. Dans ce cadre les négociations sur les conditions de travail sont problématiques.

Le SUPAP demande

- Des créations d’emplois suffisantes pour assurer le service public dans des conditions de travail améliorées et respectueuses des agents.

- L’arrêt d’ouverture de nouveau service par redéploiement d’emplois.

Le Maire exprime le vœu " de trouver les moyens les plus efficaces de limiter les effets de certaines décisions gouvernementales, en particulier le gel du point d’indice "

En effet les recettes de la villes sont en augmentation constante depuis 2001 et ce malgré la crise. Le Maire a donc les moyens de mettre en accord ses paroles et ses actes

Le SUPAP demande

- Des ratios promus/promouvables de 100% pour une carrière complète.

- Une augmentation du minimum indemnitaire garanti (IAT 1) de 100 euros par mois,

- l’harmonisation des régimes indemnitaires entre les filières et les directions (IAT, IFTS, prime départementale, etc..) permettant la revalorisation des filières culturelles, sociales, surveillance…

- l’attribution de l’IAT 2, de la prime de rendement 2, de la prime départementale et des IFTS avec un écart ne dépassant pas 10% de la moyenne du grade ou de l’échelon.

- Dans le cadre de la réforme de la catégorie B :

- La promotion en B des agents de catégorie C exerçant des fonctions d’encadrement ou exerçant sur des postes correspondant à des fonctions de catégorie B

- Des recrutements en B dans le nouveau deuxième grade et la promotion dans le deuxième grade ( niveau bac+2 ) des agents remplissant les conditions statutaires.

- La création de poste de fonctionnaires pour les non titulaires et l’amélioration des rémunérations et des modalités d’indemnisations de celles et de ceux qui ne pourraient pas être titularisés.

- Une amélioration de l’action sociale de la Ville : aide à la mutualisation, tickets restaurants pour ceux qui n’ont pas accès aux cantines, remboursement à 50% des transports pour ceux qui habitent hors d’Ile de France.

L’Adjointe au Maire chargée des personnels ne négocie pas la lune pour les agents, bien au contraire : une augmentation de moins d’une baguette par jour pour un peu plus de la moitié des agents, soit une vingtaine d’euros au plus par mois.

Le Maire a-t-il changé d’avis, aurons-nous quelque chose de nouveau et de substantiel à annoncer au moment de la clôture des négociations sur les salaires le 13 janvier ? On peut en douter

Il est probable, malheureusement, que pour le Maire de Paris les paroles comptent plus que les actes tout au moins quand il s’agit des conditions de travail et des salaires des personnels…du moins tant que ceux-ci ne font pas entendre leurs voix !

Version imprimable de cet article Version imprimable