Territoriaux Snuclias

Paris 

Négocier pour moins d’une baguette par jour, ce n’est pas acceptable !

Après deux séances de négociation, on nous propose environs 16 euros par mois pour les catégories C, jusqu’à l’indice 388 brut ( 355 réel majoré) et 8 euros par mois entre les indices bruts 388 et 413 (réel majoré 369),ainsi que pour les catégories B jusqu’au 5ème échelon. On nous propose par ailleurs d’augmenter l’APS mensuelle d’environs 2 euros pour les 3500 bénéficiaires et l’APS annuelle d’un montant correspondant à celui des cotisations mutuelles soit une augmentation de vingt euros.

Tout sera bouclé à la fin d’une troisième séance de négociation le 13 janvier !

Nous ne nous sentons pas liés par de telles décisions !

Nous n’obtiendrons pas beaucoup mieux sans unité syndicale et sans mobilisation organisée. Nous nous proposons à nouveau à tous les syndicats de construire une plateforme intersyndicale durable et d’ancrer une mobilisation forte dans tous les services de la Ville en organisant des réunions d’information et des propositions d’actions à la hauteur des enjeux.

Cette plateforme devrait à notre avis comprendre les points suivants :

- Des ratios promus/promouvables de 100% pour une carrière complète.

- Une revalorisation du minimum indemnitaire garanti (IAT 1) de 100 euros par mois,

- l’harmonisation des régimes indemnitaires entre les filières et les directions (IAT, IFTS, prime départementale, etc..) permettant la revalorisation des filières culturelles, sociales, surveillance…

- l’attribution de l’IAT 2, de la prime de rendement 2, de la prime départementale et des IFTS avec un écart ne dépassant pas plus ou moins 10% de la moyenne du grade ou de l’échelon.

- La promotion en B des agents de catégorie C exerçant des fonctions d’encadrement ou exerçant sur des postes correspondant à des fonctions de catégorie B, des recrutements en B dans le nouveau deuxième grade et la promotion dans le deuxième grade des agents remplissant les conditions statutaires.

- La création de poste de fonctionnaires pour les non titulaires et l’amélioration des rémunérations de ceux qui ne pourraient pas être titularisés.

- Une amélioration de l’action sociale de la Ville : aide à la mutualisation, tickets restaurants pour ceux qui ne peuvent se rendre dans les cantines, remboursement à 50% des transports pour ceux qui habitent hors d’Ile de France

- L’arrêt d’ouverture de nouveau service par redéploiement d’emplois et des créations d’emplois suffisantes pour assurer le service public dans des conditions de travail améliorées et respectueuses des agents.

Sans action commune sur une plateforme engageant fortement les syndicats… il n’y a pas grand-chose à attendre de la Ville de Paris

Alors agissons ensemble !

Version imprimable de cet article Version imprimable