Territoriaux Snuclias

Paris 

La grève heure par heure ce lundi !

Pour le SUPAP RDV mardi 19 octobre 13h30 Place d’Italie sous le ballon FSU 93, assemblée des personnels mardi et mercredi à la bourse du travail à 9 heures( voir plus loin)

12h21 : Le Nord en ébullition

Avec des militants cheminots SUD et CGT, plusieurs dizaines de lycéens ont également participé, entre 10h et 10h30, au blocage des voies en amont de la gare Lille-Flandres. Enfin, il y a un ralliement symbolique à la direction du travail du Nord où une grève reconductible a commencé aujourd’hui à l’appel de la CGT, SUD et de la FSU. le chantier du Louvre-Lens (150 ouvriers) s’est arrêté ce matin, à l’appel de la CGT construction. Une AG doit se tenir sur place d’un moment à l’autre. D’autres arrêts de chantier sont programmés. Des ouvriers d’Alstom bloquent la circulation à Valenciennes Quelque 150 ouvriers d’Alstom ont bloqué lundi matin près de Valenciennes une entrée de l’autoroute A2, dans le sens Valenciennes-Lille. Des policiers avaient dressé un barrage sur un rond-point en amont pour réguler la circulation et diriger les automobilistes vers d’autres entrées d’autoroute

11h57 : Un nouveau dépôt pétrolier bloqué Le dépôt pétrolier Rubis, situé sur la zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-maritime), est à nouveau bloqué depuis lundi 5H00 du matin, a-t-on appris de source syndicale. Rubis avait été débloqué samedi matin avant l’aube, après avoir été bloqué depuis la veille. Appartenant à Petroplus, la raffinerie de Petit-Couronne, située à quelques kilomètres du dépôt Rubis, est également toujours à l’arrêt depuis une semaine, a-t-on rappelé de même source

11h39 : 50% des vols annulés à Orly, 30% à Roissy
D’après la Direction générale de l’aviation civile, quelque 50% de vols sont annulés à Orly et 30% dans les autres aéroports mardi lors de la journée de mobilisation.

11h35 Les accès au dépôt pétrolier de Brest sont bloqués (voir LibéRennes) et Toulouse se prépare au blocage de la ville, demain (voir LibéToulouse).

11h20 : Fin de l’opération escargot sur l’A1 Fin de l’opération escargot sur l’A1, menée par les routiers à l’appel de la CFDT pendant plus de trois heures et qui a perturbé le trafic notamment entre Lille et Arras. La circulation a été perturbée alternativement dans les deux sens, occasionnant jusqu’à « dix kilomètres de ralentissements », selon le Centre régional d’information et de coordination routière. Les routiers n’ont finalement pas mené l’opération péage gratuit initialement prévue en raison de la présence de dizaines de gendarmes, mais ont distribué des tracts aux automobilistes.

11h06 : Entre 261 et 400 lycées bloqués Alors que le ministère annonce que 261 lycées (sur 4.302) sont « perturbés à des degrés divers » lundi matin, l’Union nationale des lycéens fait état de 650 lycées mobilisés dont 400 bloqués. A Paris, une vingtaine (sur une centaine au total) est mobilisés, en Seine-Saint-Denis, 22 lycées et collèges sont bloqués. A Bordeaux, le prestigieux lycée Montaigne était bloqué par des lycéens qui ont été rejoints par des étudiants. Sur les réseaux sociaux, des élèves faisaient état de blocages de plusieurs établissements, comme Michelet à Nantes, Estienne-d’Orves à Nice ou Chevrollier à Angers, Alain-Fournier à Bourges.

Plus de la moitié des lycées de Seine-Saint-Denis, 36 sur 64, sont bloqués lundi matin, ainsi que quatre collèges, confirmant un renforcement du mouvement, a-t-on appris auprès de la préfecture du département.

10h52 : Arrêt de travail à la centrale nucléaire Des salariés de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) ont voté lundi pour un arrêt de travail de 48 heures avec baisse de production pour protester contre le projet de réforme des retraites en cours d’adoption, a annoncé la CGT dans un communiqué. « Nous sommes la première centrale à voter aujourd’hui la baisse de production, qui sera d’au moins 50%. Nous l’enclencherons au plus tard dans la soirée, un système de sauvegarde nous empêchant de l’enclencher maintenant, notamment à cause du froid », a indiqué Philippe Page, délégué CGT. Selon le communiqué de la CGT, l’arrêt de travail a été adopté à 175 voix pour sur 180 présents, avec 5 abstentions. Un rassemblement est prévu à 11H00 dans Cherbourg, à quelques kilomètres de Flamanville.

10h10 : Les voies SNCF de l’Hérault et le Gard bloquées Des manifestants ont empêché lundi matin la circulation de trains entre Nîmes et Montpellier et entre Montpellier et Béziers en bloquant des voies. Les manifestants étaient présents depuis 07H00 sur les voies à Nîmes, a indiqué une source syndicale, tandis que la SNCF précisait que les liaisons entre Nîmes, Montpellier et Béziers étaient interrompues. La SNCF attend l’intervention des forces de l’ordre

10h05 : Action en référé à la raffinerie de Grandpuits Les syndicats de la raffinerie de Grandpuits réaffirment leur intention de déposer un référé contre la décision de la préfecture de Seine-et-Marne, qui a réquisitionné des salariés pour activer des pompes, a affirmé sur i-Télé Franck manchon, un représentant de la CGT. Pour les manifestants, la décision de la préfecture s’apparente atteinte au droit de grève.

9h51 : Plus d’un millier de stations-service en rupture de stock, l’Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP), qui représente la grande distribution, soit 60% des ventes en France. Un chiffre qui contredit le gouvernement, qui assurait hier qu’aucune station-service n’était en pénurie d’essence. En tout, il y a 13.000 stations-service en France.

9h25 : Rencontre entre syndicats français et belges dans le Nord Opération escargot sur l’A1 entre Lille et Arras, tentative de blocage du dépôt pétrolier de Dunkerque… et blocage du trafic en gares de Lille et Valenciennes ce lundi matin par des Cheminots SUD, CFDT, CGT et FO. Les forces de l’ordre ont délogé une cinquantaine de personnes pour débloquer un TGV à Valenciennes. Par ailleurs, une rencontre syndicale franco-belge est prévue ce matin à tournai, où les cheminots belges manifestent pour obtenir de meilleurs salaires.

9h20 : Barrages filtrants et lycées en ébullition à Toulouse
Alors que deux dépôts de bus de l’agglomération sont déjà bloqués depuis tôt ce matin, plusieurs dizaines de salariés du fabricant de composants Freescale (ex-Motorola), du groupe Thalès et de l’équipementier automobile Continental organisent des barrages filtrants aux abords de leurs établissements. La situation se tend aux abords de plusieurs lycées toulousains. Dès 7h30, des dizaines de policiers avaient pris position devant le lycée Bellevue, dans le sud de Toulouse, en pointe des blocages lycéens la semaine passée. Selon Bernard Dedeban, responsable départemental de la FSU, ils ont assuré l’accès à l’établissement dans une « ambiance tendue » face à de nombreux manifestants.

9h08 : Les routiers à l’aide des agents du port de Marseille-Fos Les routiers marseillais sont en route pour le port de Marseille-Fos et les raffineries à proximité, afin de soutenir les agents en grève, annonce Laprovence.fr. D’après un responsable CFDT- Transports, l’objectif est d’empêcher les camions d’accéder aux raffineries et donc le chargement de carburant

9h05 : Le dépôt de Brest bloqué Les accès au dépôt pétrolier du port de Brest sont bloqués depuis 4H00 du matin lundi. Dans un premier temps, les manifestants -notamment FO - appuyés par des étudiants, ont bloqué les entrées du dépôt pétrolier mais ils en ont été repoussés par les forces de l’ordre. Ils se sont alors repliés vers les deux ronds points menant au dépôt. Vers 8H30, une trentaine de camions étaient bloqués sur ces ronds-points par environ 80 manifestants.

9h03 : Les français soutiennent la journée de mobilisation
Plus de sept Français sur dix (71%) soutiennent ou ont de la sympathie pour la journée de grèves et de manifestation organisée mardi par les syndicats contre la réforme des retraites, selon un sondage CSA publié lundi dans Le Parisien. Quelque 52% des sondés disent la soutenir et 19% éprouver de la sympathie à l’égard de ce mouvement, selon ce sondage réalisé les 15 et 16 octobre, avant l’entrée en force des routiers dans le conflit. La mobilisation suscite l’opposition ou l’hostilité de 18% de Français, tandis que 9% d’entre eux se déclarent indifférents (2% ne se prononçant pas).

8h59 : Transports bloqués à Saint-Etienne Les transports en commun de l’agglomération stéphanoise sont fortement perturbés lundi matin en raison du blocage du principal dépôt d’autobus et de tramways par une cinquantaine de manifestants venus de l’extérieur, a indiqué la direction de la Stas. « Il s’agit de personnes extérieures à l’entreprise », a déclaré un représentant de la direction de la Société des transports en commun de l’agglomération stéphanoise. Ces manifestants qui bloquent la sortie des véhicules de transports en commun depuis 4H45 sont pour la plupart issus des secteurs des transports SNCF, de la santé et de l’éducation et se réclament de FO, Sud Rail et la CGT, selon la même source.

8h52 : La grève a été reconduite lundi dans les 12 raffineries françaises, a déclaré lundi un responsable de la CGT, annonce Europe 1.fr.

8h50 : Le dépôt de carburant de Frontignan, près de Sète (Hérault), est bloqué lundi matin par quelque 300 cheminots et des routiers en lutte contre la réforme des retraites, a-t-on appris auprès de la préfecture et de source syndicale. Les manifestants sont arrivés dans la nuit de dimanche à lundi et ont bloqué les deux routes d’accès au dépôt selon la source syndicale. Ils ont dressé des petites « barricades » au plus fort de l’action, selon le syndicat Force Ouvrière.

8h38 : Une « trentaine de routiers » ont bloqué pendant plus de deux heures le dépôt de carburant de Saint-Priest (Rhône) dans la nuit de dimanche à lundi pour protester contre le projet de réforme des retraites, a indiqué Christian Cottaz, représentant CFDT. Peu après minuit, les manifestants avaient organisé une "opération escargot" depuis la sortie du stade de Gerland, où s’était joué le match de football Lyon-Lille, jusqu’au péage de Villefranche, sur l’autoroute A6. Ils ont ensuite distribué des tracts aux conducteurs routiers pendant une quinzaine de minutes, avant de quitter les lieux vers 2H45, selon la CFDT. Les manifestants entendent reprendre leur action vers 14H00.

8h35 : Plusieurs dizaines d’opposants à la réforme des retraites tentent de bloquer lundi matin deux dépôts de carburant à Dunkerque, a-t-on appris de source syndicale. Des routiers, des cheminots, ainsi que des employés de Total étaient présents pour former des barrages humains et bloquer les deux dépôts, jouant « au chat et à la souris » avec les forces de l’ordre, selon Philippe Wullens, délégué syndical Sud de la raffinerie Total de Dunkerque, qui affirmait que les dépôts étaient bloqués. La préfecture, qui a confirmé la présence de 80 manifestants, indiquait cependant que les dépôts n’étaient pas bloqués. Les dépôts de carburant se trouvent dans la ville de Dunkerque et possèdent de nombreux accès, selon M. Wullens, qui affirme qu’une dizaine de camions ont pu sortir mais qu’aucun n’a pu entrer dans les dépôts.

8h33 : Un dépôt d’ordures est bloqué depuis 6h30 à Marseille, à l’appel de l’intersyndicale, selon La Provence. Les sociétés privées ne peuvent pas déposer leurs ordures.

7h42 : Au Mans, des routiers ont établis un barrage filtrant aux accès à la zone industrielle sud dès dimanche soir, un secteur toujours bloqué lundi matin, ce qui empêche les camions d’accéder au dépôt pétrolier de la ville. A Lorient, une trentaine de manifestants ont bloqué vers 03H30 un rond-point donnant accès à la zone portuaire d’où ils ont été délogés par la police peu après. Vers 06H30, les manifestants ont reçu le renfort des dockers et bloquent à nouveau les accès à la zone portuaire. En revanche, le dépôt pétrolier était sous le contrôle des forces de l’ordre, a-t-il dit.

7h40 : Le terminal pétrolier de Port-la-Nouvelle (Aude) est bloqué lundi matin par des militants de la CFDT et de la CGT qui empêchaient tous les camions de venir se ravitailler dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, selon la CFDT routiers. Le dépôt pétrolier de Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours, est également bloqué depuis 04H00 du matin par des routiers, selon un représentant CFDT.

7h35 : Les deux dépôts pétroliers de Basse Normandie, situés à Caen et Ouistreham, sont bloqués depuis 04H00 lundi matin. Le dépôt de Ouistreham est bloqué essentiellement par des salariés grévistes des entreprises de transports et celui de Caen par une cinquantaine de salariés de plusieurs branches professionnelles.

7 heures. Au moins trois nouveaux dépôts pétroliers ont été bloqués lundi matin dans la région ouest par des routiers ou des grévistes de plusieurs branches professionnelles qui s’opposent à la réforme des retraites. En milieu de nuit, les deux dépôts pétroliers de Basse-Normandie, à Caen et Ouistreham, ont été à nouveau bloqués, de même que celui de Saint-Pierre-des-Corps, près de Tours. Ces trois dépôts avaient déjà été bloqués pendant quelques heures vendredi dernier.

Les convoyeurs de fonds envisagent des grèves, qui pourraient à terme entraver l’approvisionnement des distributeurs bancaires. "Ca peut partir très vite", prévient Patrick Noszkowicz, de la CGT Brinks.

Les articles Fonction publique adoptés par le Sénat Le sénat a adopté le 15 octobre les articles 21 à 24 du projet de loi de réforme des retraites concernant la Fonction publique. Certaines dispositions retenues aggravent le projet de loi, telle celle (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable